Mon année à Shanghai

Mon année à Shanghai

Alors que le départ à l’étranger du premier groupe des L1 2015/2016 approche à grand pas, Pauline Santanack, étudiante de troisième année a souhaité partagé avec nous sa fabuleuse année à Shanghai, en Chine.
AAEAAQAAAAAAAAONAAAAJGNhODVlOTg4LWViOWMtNDhjZC1iZDZkLTIyOGVmMDBjYzkzNw

Pourquoi as-tu choisi la Chine ?

Je n’avais jamais mis un pied en Asie auparavant, alors cette destination complètement inconnue était une sorte de challenge pour moi : m’envoler presque seule à des milliers de kilomètres de chez moi, dans une ville gigantesque, au cœur d’une culture et d’une langue complètement différente de la notre.
Férue de découverte, j’étais également très attirée par toutes les possibilités de voyages qu’offrait cette destination située au cœur de l’Asie.

Comment se sont déroulés les préparatifs de ton départ?

Mes parents m’ont beaucoup aidé pour la partie administrative (assurance, visa…) et pour tous les vaccins à faire avant de partir.
Concernant le logement, j’ai fait le choix de trouver un appartement sur internet avant de partir, de crainte de devoir rester un long moment dans une auberge. J’ai eu la chance de tomber sur un appartement idéalement situé et des colocataires vraiment ouverts et sympathiques. Cependant, mes amis qui avaient le choix de visiter des appartements sur place n’ont pas eu du mal à en trouver, car tout est plus simple et plus rapide là-bas.

Comment s’est passée ton adaptation? Quelles ont été tes plus grandes surprises?

Mon adaptation s’est faite petit à petit, chaque jour plus étonnée par cette culture si différente de la notre.
La langue a été incontestablement mon premier et plus gros choc : comment se débrouiller dans l’une des plus grandes villes du monde sans parler un mot de mandarin et face à des chinois qui ne parlent généralement pas anglais ? Et bien avec quelques astuces, des traducteurs et des plans sur les Smartphones, des cours de langue chinoise, et une vraie volonté d’adaptation, croyez-moi qu’on y arrive !
Une autre surprise fût forcément la nourriture chinoise, que je trouvais étrangement bonne, même si je ne savais même pas ce que je mangeais les premiers jours (les menus étant en chinois). Je dois d’ailleurs vous avouer qu’un soir, nous nous sommes retrouvés avec du crapaud dans nos assiettes, et c’était plutôt délicieux !
Mais globalement, grâce au petit groupe soudé d’étudiants TBS, cette adaptation s’est très bien déroulée.
Avec le recul, je pense que je n’étais même pas conscience de ce que j’étais en train de vivre.

Pourrais-tu nous décrire une journée classique à Shanghai ?

Je me rendais tout les matins en taxi à l’université (eh oui, comme une princesse, car la course ne coûte seulement que quelques centimes là-bas). J’avais l’habitude d’acheter mon petit-déjeuner à une sorte de petit bouik bouik vendant de la nourriture locale, située à l’entrée de l’école. Mes journées de cours s’étendaient généralement de 8h à 17h, avec une pause déjeunée d’environ 1 heure et demie. A la sortie des cours, je vaquais à mes occupations : visite de la ville, meeting internationaux avec les autres exchanges, shopping ou même manucure pour seulement quelques centimes (eh oui encore les filles !). Faire des courses étant plus onéreux que de manger dehors, je retrouvais souvent des amis pour diner aux street food du coin. Menu : poulpe aux ognons grillé à la plancha ou fried rice, un délice ! La nuit venue, c’était soit l’heure d’étudier, soit, et plus souvent je dois bien l’avouer, l’heure de se préparer pour aller fouler les pistes de danse des impressionnantes boîtes de nuits de la ville !

SONY DSC

SONY DSC

Comment était l’université? La qualité des cours?

Le campus de la Shanghai University of Finance and Economics est simplement gigantesque: 30 minutes pour se rendre d’une entrée à l’autre, et des dizaines de terrains de sports et de cafeterias. Y étudier fût très enrichissant, puisque les professeurs sont très compétents, viennent du monde entier et ont enseigné dans les meilleures universités du monde. Le cours qui m’a le plus apporté est évidemment le cours de chinois, car combiné à l’environnement, il m’a permis de faire d’énormes progrès. Cependant, il est important de savoir que la SUFE est l’une des meilleures universités de Chine dans le domaine de la finance : le niveau des cours de finances et comptabilité est très élevé, et je vous conseille donc d’avoir de très bonnes bases si vous optez pour ces matières.

As-tu eu l’occasion de voyager lors de cette année?

En Asie, la pause entre le premier et le deuxième semestre dure 2 mois. Alors pendant le mois de Janvier et Février, j’ai retrouvé les étudiants de TBS en exchange à Séoul, et nous avons effectué ensemble un magnifique roadtrip à travers toute l’Asie du sud est.
Un groupe de huit personnes, chacun son sac à dos, se déplacer en scooter, en bus ou en bateaux, en ne sachant parfois même pas où nous allions dormir le soir… L’aventure, la vraie !
Nous avons donc vadrouillé à travers le Vietnam, admiré les plus beaux paysages du Laos et du Cambodge, farniente pendant des heures sur les plages paradisiaques du Sud de la Thaïlande, pour finir par un mémorable trek dans la jungle nord thaïlandaise avec la rencontre d’une tribu sauvage à l’arrivée. Ces deux mois constituent incontestablement la plus belle expérience de ma vie.

d85c475e70f07fa7902e5c46658cd6d3_large

Comment s’est passé ton retour en France?

Cela faisait 11 mois que je n’avais pas vu ma famille et mes amis, alors bien sur je fus ravie de retrouver tout le monde. Je fus également ravie de retrouver les bons plats français et une hygiène de vie plus équilibrée.
La vie d’exchange student ou d’Erasmus étant bien différente de notre vie d’étudiant toulousains, j’ai bien sur eu comme tout le monde mon petit contre coup lors de la reprise des cours au Bachelor en Octobre : back to reality !

Recommanderais-tu cette destination ? Quel dernier conseil pourrais-tu donner aux futurs exchanges à Shanghai ?

Je recommande cette destination plus que tout !! Contrairement à ce que l’on peut entendre, Shanghai est une ville agréable où l’on se sent très vite chez soi.
Donc, restez ouverts, parlez chinois et anglais, profitez, voyagez, car vous serez à peine arrivés qu’il faudra repartir. Objectif : ne pas avoir de regrets.

Next Post:
Previous Post:
Article rédigé par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *